The French taste Psychiatric Survivors Mutual Help Groups (GEMs)
Vous êtes ici : Accueil » Le(s) GEM(s) de la semaine » Ainé le Chateau, l’Acceuil Thérapeutique Familial

Ainé le Chateau, l’Acceuil Thérapeutique Familial

D 31 juillet 2019     H 04:47     A Stefan Jaffrin     C 0 messages


Il y a un très grand nombre de personnes handicapées vivant en établissements en France. Environ 100,000 enfants et 200,000 adultes handicapés résident dans des institutions de toutes sortes. Ces institution, ont en commun le fait de séparer et d’isoler les personnes de la communauté, violant leur droit de choisir et maîtriser leur mode de vie et d’accompagnement, tout en limitant considérablement leur décision au quotidien.
Les lieux de vie à plein temps, si nombreux dans les années 70, ils semblent avoir quasiment disparu de la surface de la terre, hormis en Angleterre où subsistent notamment les 23 lieux de vie mis en place par l’association d’inspiration théosophique CampHill). En France on mentionnera : ceux de l’Association « J’interviendrais », du Coral dans les années 70, ou celui de CampHill, Le Beal-Drôme-. Il existe par ailleurs notamment dans l’Allier encore quelques villages de fous, comme Ainay-le-Chateau, issus des colonies agricole mises en place après la loi Pinel de 1838

L’accueil Thérapeutique familial
Situé dans l’Allier en bordure de la célèbre forêt de Tronçais, le village médiéval acceuil depuis la fin du 19éme siècle des bredins, le nom local donné aux personnes qui n’ont plus toute leur tête. C’est une expérience unique en France et qui fait penser par de nombreux aspects à l’expérience psychiatrique italienne(revue Usbek et Rica décembre 2017), l’aspect militant et insertion citoyenne en moins. La seule expérience similaire a lieu à Fort de France en Martinique qui concerne environ une centaine d’handicapés. Les 4 ou 5 autres CHS qui le pratiquent (Saint Anne, Le Vinatier, Limoges,Saint Jean de Dieu) ne le font qu’à une toute petite échelle, avec moins de 10 familles d’accueil thérapeutique. A Ainé le Chateau les résidents sont accueillis dans tous les villages dans un rayon de 20 kilométres à la ronde. Ils y passent leur journée, quand ils ne sont pas en consultation à l’hôpital et on les croise à chaque coin de rue. Les familles d’accueil sont rémunérées 150 Euros par jour (contre 250 pour une journée d’hôpital) et ont toute une tradition d’accueil intergénérationnelle. Cette tradition explique d’ailleurs que ce soit installée pas loin de là une des 2 communautés thérapeutiques CampHillde France (il en existe une vingtaine en Angleterre), lieu de vie pour handicapés psychique influencés par la pensée de Steiner.

L’hôpital dans le village
Un petit Hôpital Psychiatrique se trouve au centre du village, pouvant accueillir une centaine de patients, pour moitié du village, pour l’autre moitié venu en évaluation dans l’attente d’un accueil familial. Dans le département voisin du Cher se trouve un village similaire où l’accueil des fous a pris fin récemment, le village se ré-orientant vers la gérontologie. L’expérience de Dun sur Auron avait même précédé de quelques années celle d’Ainé le Chateau, commençant en tant que colonie agricole vant qu’une loi en 1900 vienne en formaliser l’existence. Dun à l’origine n’acceuillait que des femmes, tandis qu’Ainé était réservé aux hommes. Depuis les années 60 la mixité est devenue totale.De même la population a beaucoup évolué. S’il s’agissait à l’origine principalement de retardés mentaux, aujourd’hui il s’agit principalement de schizophrénes "sédimentés dans leur psychose". La vision des lieu est assez médicale et pour le psychologue que nous avons interviewé, les schizophrènes apparaissent comme assez peu autonomes. Bien qu’il soit à moins de 150 kilométres de distance de La Borde, le personnel d’Ainé Le Château semble à peu près tout ignorer de la psycho-thérapie institutionnelle, vivant assez replié sur lui-même et étant débordé par l’accueil de sa propre population. Un Gem se trouve à moins de 15 kilomètres de là dans la ville de Saint Amand Monrond et un autre à Monluçon . Mais aucune relation n’existe entre le GEM et le village, sans doute à cause de la prédominance de la vision médicale. Le président du GEM de Saint Amand, ex ingénieur tombé dans la shizophrénie à 40 ans, est pourtant un ancien résident d’Ainé le Château, qui lorsqu’il s’est senti suffisamment rétabli est parti vivre en ville.

Leur truc c’est plutôt la réhabilitation psycho-sociale et la remédiation cognitive qui a été introduite à partir de 2011 par François PetitJean, un ex psychiatre de Saint Anne qui a exercé à Ainé le Château jusqu’en 2017, avant de partir rejoindre le CHS d’Etapes en Ile de France. L’ergothérapie y joue aussi un très grand rôle depuis longtemps, la plupart des résidents participants à des ateliers de confection et de développement artistique. Mais ce n’est que depuis un an qu’a été recrutée une véritable ergothérapeute. Un système de ramassage par bus sillonne les villages pour amener chaque participant à son atelier.

Un modèle en perte de vitesse ?
C’est clair qu’Ainé le Château apparait comme une solution autrement plus idéale que l’accueil en institution qui se traduit trop souvent par un enfermement de facto. Pourtant pas grand chose n’est fait pour développer ce type de vie de village. Il y a même une régression de l’accueil familiale depuis les années 80 : A l’époque et depuis les années 50, il y avait 1200 accueillis à Ainé le Château, il y en avait encore 540 en 2010, il n’y en a plus que 350 aujourd’hui. Pendant longtemps Ainé le Château a servi à mettre au vert les psychiatrisés de Paris, aujourd’hui la politique a changé et un effort est fait pour qu’ils habitent près de leurs familles et chez eux, quitte à ce que ce soit de l’habitat protégé.

Il n’y a pas eu de visite d’Ainé le Château par un ministre de la santé depuis 2010 (visite de Xavier Bertrand). Les normes sanitaires et sociales de plus en plus strictes rendent ce type d’expérience de plus en plus durs, puisque dans les établissements médicaux les patients sont de plus en plus éloignés du monde réel (ils ne peuvent même plus cuisiner ensemble, puisque ce n’est pas aux normes d’hygiène. C’est ce qui fait la force des structures médico-sociales qui peuvent elles employer des handicapés, et encore plus des GEMs et autres systèmes associatifs qui peuvent aller au delà du système et se permettre beaucoup plus de souplesse.

Pour aller plus loin :

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message