The French taste Psychiatric Survivors Mutual Help Groups (GEMs)
Vous êtes ici : Accueil » Le(s) GEM(s) de la semaine » Le GEM de Nantes

Le GEM de Nantes

D 7 octobre 2019     H 05:27     A Cécile Percevaline, Stefan Jaffrin     C 0 messages


Le Nouveau Cap (à ne pas confondre avec le Bon Cap de Lannion) a été un des premiers GEMs de France a voir le jour puisqu’il a été mis en route dès la publication des circulaires en aout 2005 officialisation la création des GEMs, ouvrant ses portes au mois de décembre 2005.

Hélène qui nous a reçus, est animatrice depuis le début dans le GEM et c’est à notre connaissance la plus ancienne animatrice de GEM toujours en poste, hormis bien sûr Maïté Arthur et ses Sentinelles-Egalités (Marseille). Son cursus auparavant correspond très bien à ce qu’elle fait actuellement, puisqu’elle a été animatrice et notamment pour des personnes multi-handicapées. Elle se demandait si elle n’allait pas s’orienter vers une formation d’éducateur spécialisé quand on lui a proposé ce poste. Hélène a fait partie, tout comme Pierick Leloeuf (de Lannion) de la premiére et unique promotion de la formation d’animateurs de GEM dispensée en 20012 par l’Université Paris VIII sous l’égide de la Fnapsy.

Un nouveau local, davantage ouvert sur l’extérieur

Après avoir été hébergé pendant des années dans un appartement au centre ville, le GEM a récemment déménagé dans un nouveau quartier près de la Gare Sud. Ce projet de déménagement a pris plusieurs années et a été l’objet de toute une réflexion stratégique. A l’origine, dès 2013, le GEM voulait s’ouvrir sur l’extérieur, avec notamment la création d’un café associatif-restaurant. Mais l’appartement ne permettait guère ce genre d’activité.

Hélène semble très fière de ce nouveau lieu pour ce GEM nommé "Le Nouveau Cap". Non loin de la gare sud, il est accessible en bus à environ 10 mn du centre ville (1 km). Moderne, ouvert sur l’extérieur par ses baies vitrées on dirait un peu un atelier d’artistes qui prennent une pause café. Ce jour-là, l’après-midi était bien remplie, le GEM accueillant aussi des personnes du CATTP.
Comme l’écrit l’association l’Etape, association pour l’insertion des personnes en grande difficulté, et parrain du GEM sur son site web :
"Il aura donc fallu, au conseil d’administration du GEM et à sa coordinatrice Hélène Fillaudeau, convaincre un certain nombre d’acteurs que le GEM, en tant qu’association d’usagers en santé mentale, était en mesure d’acquérir ce lieu et de le faire vivre.
Depuis la recherche du local jusqu’à la mise en œuvre du projet de restaurant associatif, L’Etape s’est positionnée en soutien du projet :
caution d’une partie de l’emprunt, avance de trésorerie, accompagnement du GEM auprès du vendeur, Nantes Métropole Habitat, de la banque pour l’emprunt, et des différents financeurs pour les demandes de subventions." La moitié du prix du local a été apporté en cash grâce à plusieurs partenaires comme la Fondation de France, la compagnie d’assurance AG2R, le CCAH, et l’autre moitié a fait l’objet d’un emprunt. Si la plupart des GEMs possédent leurs véhicules en propre, très rares sont les GEMs à être propriétaire de leurs locaux et nous n’avons trouvé pour l’instant que le GEM d’Issoire à être dans la même situation.

Et bien sûr, pour faire de ces murs un véritable lieu d’accueil, il a fallu aussi monopoliser les talents des adhérents, car à l’acquisition le local n’était que murs et terre battue. D’après Hèléne, c’est 40 personnes environ qui ont participé vraiment activement à la reconstruction et à l"aménagement du lieu, aidés en cela par des éléves de l’Ecole d’Architecture de Nantes.

Des activités collectives ouvertes à tous les nantais

Le restaurant ouvre tous les jeudis midi et sert une quarantaine de repas à tous les nantais qui souhaitent s’y restaurer. Originalité assez rare pour un GEM, on y sert de l’alcool, petite entorse aux règles de l’hygiénisme habituellement en vigueur dans le domaine de la santé mentale, mais qui s’est avéré très utile pour le succès de l’opération : il n’est pas sûr que sans un petit apéro, les nantais y auraient été aussi nombreux à y accourir. La création de ce restaurant à été un combat de plusieurs années, parfois cahotique, le cuistot professionnel ayant démissionné au but de 6 mois, c’est le président du GEM qui après une formation de 6 mois au métier, a pris la direction des fourneaux.

Le Nouveau Cap organise aussi environ tous les deux mois une fête avec groupes de musique live, sur le même principe : ouverture sur l’extérieur et présence d’alcool. Ces fêtes ont permis d’attirer un nouveau public beaucoup plus jeune, qu’on retrouve rarement dans les autres GEMs ou les moins de 35 ans sont plutôt rares.

Un des plus important GEMs de France en terme d’adhérents

Ils sont maintenant 140 et les adhésions vont bon train. Être porteur d’un trouble psychique n’est d’ailleurs pas une obligation pour adhérer, contrairement à certains autres GEMs qui en font une condition sine qua non. Le GEM de Nantes est donc un des plus gros de France avec celui de Saint Denis. Pour mémoire le nombre moyen est de 45 adhérents par GEM. Le succés du GEM de Nantes s’explique en grande partie par l’absence d’autre véritable GEM dans la ville, alors que l’on trouve souvent dans des villes de taille similaire 3 ou 4 GEM (Angoulêmes, Besançon,...). Il existe bien le GEM de la Sorinière et celui de Recherche & Rencontre, mais qui n’ouvre que quelques heures par semaine, avec qui plus du personnel soignant. Le GEM le plus proche se trouvant à Ancenis à 40 minutes de train.

Le Nouveau Cap semble tenir sa ligne directrice toutefois, son désir affirmé d’ouverture dans la ville, sa volonté de faire participer chacun à la vie du lieu et d’encourager les différents potentiels. Il s’illustre un peu, par rapport à d’autres GEM, avec son restaurant associatif, ses soirées festives où l’alcool (avec modération bien sûr) est autorisé, par exemple, et aussi parce qu’il a vraiment pu prendre possession du lieu afin que chacun se sente chez soi. Non content d’être le plus gros et le plus anciens des GEMs, c’est aussi un des rares GEMs qui ouvre 7 jours sur 7, grâce au fait que de nombreux adhérents sont capables de gérer l’ouverture en l’absence d’animateur. On appelle ça l’ouverture en autonomie, une pratique largement encouragée par le cahier des charges et à laquelle souscrivent de nombreux GEMs une journée par mois ou par semaine. Comme dans la plupart des GEMs l’ouverture en autonomie est confié aux adhérents les plus responsables, généralement les membres du conseil d’administration.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message