GI-G-EM : Groupe d’Intervention Rapide sur les GEMs The French taste Psychiatric Survivors Mutual Help Groups (GEMs)
Vous êtes ici : Accueil » Les gens des GEMs » Témoignage d’un parcours de rétablissement au sein d’un GEM

Témoignage d’un parcours de rétablissement au sein d’un GEM

D 7 septembre 2019     H 14:29     A Pauline Tremblay     C 0 messages


Les GEMS permettent à ses adhérents de réaliser des parcours de rétablissement tout à fait personnels avec un étayage social, un cadre sécurisant, la possibilité de prendre des responsabilités au sein du conseil d’administration, de devenir animateur d’atelier, ou tout simplement de proposer ses idées au cours de la réunion de programmation du planning mensuel.

Le Groupe d’Entraide Mutuelle le Pacifique a Ancenis et Nort sur Erdre

Je fréquente le GEM le Pacifique à Ancenis depuis 2012. A l’époque je vivais en appartement protégé, je sortais tout juste de six mois d’hospitalisation au CHS de Blain. J’allais encore à l’hôpital de jour en VSL.
La fréquentation du GEM était un bol d’air.

Une animatrice lançait alors des ateliers d’écriture conçus autour de mots clés inspirants. Ces ateliers étaient des moments forts d’échanges partagés avec des militants de l’UNAFAM locale. Un livre est né de ce beau projet "des maux aux mots", illustré lors d’ateliers d’arts plastiques par les adhérents. Ce témoignage écrit a été mis en scène et lu a plusieurs voix en public lors de la semaine de la santé mentale et lors de travaux de restitution du conseil de développement de la communauté de communes d’Ancenis qui réfléchissait su rla thématique du handicap.

J’ai ensuite repris un emploi d’une année en tant qu’employée de vie scolaire d’une école primaire et je me suis installée dans un appartement personnel. Je fréquentais ponctuellement le GEM. 

Ensuite au chômage, j’ai entrepris un travail sur moi en sophrologie transpersonnelle, avec deux objectifs :ne plus jamais remettre les pieds dans un hôpital psychiatrique et pouvoir aider, soigner comme j’avais pu être aidée et soignée quand j’en ai eut besoin.

Petit à petit, pas après pas avec parfois des difficultés et découragements liées à ma fragilité, et avec comme pilier une vie de concubinage débutante, je suis allée chercher des outils (au CRESSERC à Nantes où j’ai participé au programme d’éducation thérapeutique du patient autour de la schizophrénie et au programme de remédiation cognitive).

J’ai aussi fait appel aux compétences de médiatrice artistique d’une amie qui est intervenue au sein du GEM. Cela m’a beaucoup aidé dans le cadre de ma reprise de confiance en moi. J’ai ensuite entrepris de mener au sein du GEM un atelier sur le rétablissement en santé mentale qui est très fructueux (avec la méthode de Craig Lewis).
J’accompagne également depuis peu des artistes en situation de fragilité vers l’exposition où le développement de leurs travaux, ce qui est source d’un vrai bonheur.

Médiatrice de Santé Paire au CESAME a Angers depuis la rentrée, je m’appuie sur les connaissances et expériences que j’ai rencontrée au sein du GEM d’Ancenis.

Je me dis que je suis en voie de rétablissement. Comment puis-je aider quelqu’un dans cette voie là ?
Je pense qu’en premier lieu, l’écouter, accueillir ses émotions, ses envies de changement, ses projets de vie s’il y en a, sont les premières étapes essentielles. Définir ensemble quelles sont ses atouts et ses freins. Définir comment il vit sa maladie, s’il a un désir d’apprentissage d’outils pour la gérer. Lui faire comprendre qu’il n’est pas seul avec son vécut personnel, que d’autres sont passés par là et que lui pourra sans doute à son tour, quand il se sentira prêt, accompagner d’autres, sous quelque forme que ce soit. C’est le cœur de la pairaidance, donner une forte motivation a la personne sans qu’elle perde ses objectif de vue. Lui dire et lui faire comprendre que je me place à coté d’elle dans les épreuves sans jugement, qu’elle m’apprend aussi de ses expériences et que à un moment elle aussi si elle le souhaite tendra la main aux autres : c’est le principe du cercle vertueux.
Je suis une hypersensible, ma psychiatre, que je respecte, m’a dit un jour que ma sensibilité et mon empathie étaient de l’ordre du pathologique. Je ne nie pas ce fait, cependant je me rends compte qu’en utilisant ma sensibilité comme un guide pour accompagner les autres, cela me renforce. J’ai une capacité acquise par la fréquentation de personnes et de milieux différents à comprendre et voir les qualités des personnes. Je peux ainsi les valoriser (renarcissisation) dans leurs compétences et ainsi contribuer à un début de mouvement de priser de conscience de qui on est pour les autres, et comment avoir un rôle dans la société (tout type de rôle, l’importance est d’en avoir un).
J’accompagne bénévolement depuis quelques mois des personnes en situation de handicap psychiques et artistes vers le développement de leurs talents. J’ai ainsi pu accompagner Franck, un collègue du groupe d’entraide mutuelle d’Ancenis. J’ai découvert son vrai coup de crayon lors d’un atelier artistique au GEM. Franck dessine les bords de Loire depuis 30 ans avec une vraie qualité sensible d’artiste. Il n’avait jamais exposé. J’ai utilisé mes compétences en histoire de l’art et médiation culturelle en lui faisant prendre conscience de la valeur artistique de ses travaux. Il m’a fait confiance et s’est donné la chance de prendre confiance lui aussi. Je l’ai accompagné dans la démarche de réserver la salle de la galerie municipale « Rives de Loire » à Ancenis et je l’ai ensuite accompagné dans l’organisation matérielle de l’exposition en lui proposant un rétroplanning listant un ensemble de choses a faire. L’exposition a eut lieu les deux premières semaines de septembre, et Franck est un homme nouveau. Il aime son identité d’artiste et envisage d’exposer encore et d’évoluer vers d’autres formes d’expression plastique. Franck m’a récompensé en m’offrant un de ses tableaux. Il m’a confié l’avoir rendu heureux. C’est un cadeau exceptionnel.
J’accompagne également Nicolas, avec qui je travaille différemment puisqu’il me reçoit chez lui. Il a tout de suite été intéressé par le fait d’exposer, il a fait des études de lycée en arts appliqués avant sa maladie. Nous déployons le projet d’exposer, au fur et a mesure qu’il rassemble ses toiles, auparavant conservée chez sa mère, chez son père et chez lui. Nous discutons au fur et à mesure, il retravaille sur d’autres choses et en encadre d’autres. On sent une certaine dispersion au départ, et on essaie de travailler ensemble autour d’une narration de son travail. Les choses avancent petit à petit et je découvre en même temps un jeu de rôle qu’il maitrise bien. Ce sont des échanges joyeux et qu’il garde en cartons. Je lui ai proposé de travailler sur un inventaire, afin qu’il puisse proposer a des personnes un panel de jeux en fonction de leurs gouts.
Cet accompagnement auprès de Nicolas m’a donné l’idée de proposer au sein de mon travail de médiateur de santé paire au Césame un accompagnement de type « maïeutique » centrée sur les talents des personnes. Je pars du principe que toute personne à au moins un ou plusieurs talents sur lesquels s’appuyer afin de développer ses projets de vie et aussi de rétablissement. Retrouver une vie ou on peut s’accomplir dans ses compétences propres est un moteur puissant et sans limite.
Je voudrais et c’est un peu utopique sans doute que toute personne « malade » et particulièrement celles en souffrance psychiques (parce que c’est avec elle que je suis paire) puisse dans l’épreuve de la maladie comprendre que travailler à mieux se connaître leur permettra d’avancer dans leur vie et circonscrire l’espace de la souffrance dans des domaines maîtrisés.

2- L’expérience que j’ai eut dans mon parcours de soins qui m’a permis de me rétablir, notamment dans mon accompagnement infirmier m’a permis de comprendre l’importance du lien de confiance qui se lie. Sur une dizaine d’années de soins, je me suis vue évoluer d’une manière exponentielle dans ma capacité à avoir une expression personnelle. J’ai compris l’importance de l’expression de mes émotions dans le rétablissement. Je peux témoigner de l’importance de la mise à disposition de la personne accompagnée de larges possibilités d’expressions : langage, ateliers d’écriture et ateliers d’arts plastique, théâtre…à chaque personne de choisir selon sa sensibilité.

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?