(Y compris ce que vous n’avez jamais osé demander)
Vous êtes ici : Accueil » Le(s) GEM(s) de la semaine » Les GEMs des Dômes

Les GEMs des Dômes

D 28 mai 2019     H 07:36     A Stefan Jaffrin     C 0 messages


Les GEMs des Dômes ce sont 3 GEMs appartenant au même gestionnaire et situés dans le département du Puy du Dômes, respectivement à Clermont Ferrand, Issoire et Cournon. On trouve également à Clermont Ferrand un GEM TC très dynamique. Comme c’est le cas dans la plupart des départements frnaçais où nous nous sommes rendus il n’entretiens aucune relation avec ses homologues "psychiques". Les GEMs d’un même département ne se fréquentent pas. C’est donc normal qu’entre TC et psychiques,les relations soient encore plus difficiles.

Le local du GEM de Beaumont (un quartier de Clermont Ferrand) se trouve dans l’enceinte de l’hôpital Gabriel Montpied, à une demie heure du centre ville. Pas forcément l’idéal pour oublier l’univers médical. Mais reconnaissons en revanche qu’il s’agit d’une petite maison tout à fait agréable , avec qui plus est un jardin de 150 M2.

Sans forcément se fréquenter tous les jours (chaque GEM a une population très différente l’un de l’autre), les GEMs des Dômes ont développé une forte identité/stratégie commune. C’est ainsi qu’ils ont disposé d’un site WEB commun mis à jour jusqu’en mars 2013 : [http://gemdesdomes.wifeo.com/]

Nous y avons envoyé un de nos comparses. Voici le compte-rendu de sa premiére visite :

C’est une maison blanche accrochée à la colline (non je ne parodie pas une chanson connue), c’est bien une maison blanche et elle est accrochée au Beau Mont. Chez nous, c’est le nom d’un bébé volcan. Pour y accéder, il faut suivre une impasse (mais cela ne fait pas sens) non goudronnée et l’on marche dans la pouzolane ou toutes autres poussières ou cailloux issus du volcanisme.

Attention, ne vous fiez pas à votre GPS, son adresse est 4 impasse xxx, sachez qu’il faut lire 4ème impasse xxx, j’ai trouvé une voie privée xxx, mais j’ai mis quelques temps à trouver la véritable impasse xxx. Par chance, la ville est grande et vivante et quelques indigènes la fréquente dans la journée. Un de ces indigènes a eu la gentillesse de répondre à ma question, « tout droit, tournez à droite (je déteste tourner à droite, je suis à gauche, de gauche, je tourne à gauche), suivez la petite descente et vous êtes arrivé.

J’ai suivi le chemin pour trouver cette maison blanche. Si j’ai bien fait le compte, elle compte quatre pièce, une cuisine, une salle de réunion, une cafétéria et le bureau des (chefs), animateurs, responsables… De toute façon, quand je suis arrivé, ils n’étaient pas là.

Si nous n’étions pas en Auvergne, ce serait une maison de riche, ici, c’est une maison normale, avec son (petit) parc et son (petit) jardin. Et même si l’environnement est fortement urbanisé, on a quand même l’impression d’être ailleurs (et j’adore être ailleurs).

A défaut d’être accueilli par les RESPONSABLES, j’ai été accueilli, avec plaisir, par les personnes qui étaient présentes. Je débarquais, je ne souhaitais pas faire de conneries, je suis resté sur mon quant-à-moi. Assis sur un muret, pendant une longue, suivant des yeux les mouvements des gens présents, saluant ceux qui venaient me saluer, ignorant ceux qui m’ignoraient. Finalement et parce que j’avais mal au cul, j’ai rejoint la table commune au coeur du (petit) parc.

Cela faisait bien une heure que je n’avais pas fumé et j’avais soif. Pour être franc, je me demandais où j’étais tombé. La même réaction que j’avais eu quand ma sœur m’avait conduit à l’HP en 2016. « Je ne suis pas chez moi, je n’ai rien à faire avec eux ! ». Pas question que je discute, pas question d’échanges. Je suis moi, ils sont eux. Je suis moi et je ne suis pas comme eux.

Mais j’ai craqué quand on m’a proposé un café. Ils devenaient déjà plus sympathiques. Mal leur en a pris, ils on déclenché le moulin à paroles que je suis. Tout y est passé, mon passé, mon présent, mon avenir, qui j’étais, qui était ma famille que je connaissait, qui était celle que je ne connaissez pas que je découvrais.

Heureusement, la cheffe est arrivée avec une collection d’oignons, je parle d’oignons de fleurs, c’est la saison pour les planter. Elle m’a reçu un long moment dans son bureau, si bien que je suis parti beaucoup plus tard que je ne le comptais et quand je suis rentré chez moi, il m’a fallu faire à pied de la gare à ma crèche : 2 km et j’ai des crampes dans les jambes.

A la question « Pourquoi venir au GEM ? », ma réponse « Pour élargir mon réseau social » (Normal, je suis censé être un spécialiste des réseaux sociaux). Il ne faut pas se payer de mots, si un con passait au large, je traverserai la mer pour le rejoindre. J’y suis prêt et j’en ai déjà repéré un.

« La Patience est la vertu cardinale des libertin ». C’est un de mes mantras. En attendant, j’ai eu le malheur de dire que j’étais un spécialiste du digital (ce qui est vrai). Le GEM a un vieux projet de site internet jamais abouti. J’ai discuté avec la coordinatrice des 3 GEM du coin, je lui ai fait des propositions, il est possible qu’elle attende de moi que je développe ce site. J’y suis prêt, je dois même dire que cela me ferait plaisir.
Maintenant j’attends.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message